Les ventouses

 

En médecine traditionnelle chinoise, les ventouses sont appliquées à des endroits précis correspondant à des points d’acupuncture choisis en fonction du blocage : cela signifie que l’énergie fondamentale ne circule plus ou mal.

 

Sur une peau huilée, la ventouse est aussitôt positionnée et tient en place par phénomène de succion.

 

Tout d’abord, le phénomène agit sur le nettoyage de la peau en aspirant les impuretés et toxines qui bouchent les pores. Étant un des organes émonctoires de notre corps, la ventouse aide dans sa fonction en dynamisant la circulation et l’élimination.

Puis traquant les nœuds physique et énergétique et les dénouant, les ventouses libèrent les tensions profondes, renforcent le système immunitaire et redonnent au organe une plus grande oxygénation et circulation nutritive.


Cette aspiration créée sur la peau une coloration mais tout cela reste sans danger et transitoire pouvant durer de quelques secondes, minutes, heures à quelques jours.

Intérêts thérapeutiques :

La ventouse chinoise rétablit la circulation du sang et, par conséquent, de l’énergie du Qi. Elles sont utilisées non seulement les affections respiratoires et les maux de dos, mais aussi pour les problèmes de peau, les tensions musculaires profondes, les migraines, les maux de têtes, les tendinites, les entorses, les crampes et la constipation.

 

 

 

L'utilisation de ventouses fait partie intégrante de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) depuis plus de 5000 ans et apporte une vraie optimisation dans le drainage des tissus.

Il propose une forme moderne de soins avec des ventouses « nouvelle génération ».

 


 

La bonne vieille méthode des ventouses pratiquées par les grand-mères, est en vogue pour réduire les douleurs mais aussi la cellulite…

Pratiquée depuis millénaires sur tous les continents et en particulier en Chine, cette médecine a été, « injustement oubliée à l’ère de la médecine chimique, des sulfamides et des antibiotiques, elle a eu besoin d’être réactualisée à la pratique de notre médecine contemporaine ».

Les ventouses ont été utilisées jusqu’au 20e siècle et ont disparu en Europe occidentale alors qu’elles étaient toujours pratiquées en Asie.

Comment ça marche ?

On distingue deux techniques : les ventouses à chaud, 90 % de la pratique et celles à froid, par succion.

Pour les premières (à chaud), le vide à l’intérieur est fait à l’aide d’une flamme puis la ventouse est posée sur un endroit précis du corps en relation avec la pathologie à soigner.

La deuxième (par la succion) se pratique avec un système de cloche et de pompe qui permet une plus grande application thérapeutique.

 

Quel est le mécanisme ?

Si l’on compare la circulation des méridiens à une autoroute, les bouchons de celle-ci représentent les blocages du corps.

« On pose les ventouses sur les points « bouchons » pour décongestionner. Une migraine, c’est une congestion, tout comme une arthrose, un lumbago ».

Lorsque l’acupuncteur ne peut piquer, la ventouse est le geste de première intention qui va soulager le malade et permettre ensuite un soin dans le confort du client.

Le résultat peut être, parfois, presque immédiat. Sans aucune nocivité.

 

Pour quelles pathologies ?

Si ici on connaît les ventouses essentiellement dans les maladies respiratoires (ma grand-mère entre autres posait les ventouses dans les cas de bronchites), elles ont d’autres indications majeures:

  1. antalgiques sur les douleurs,

  2. énergétique en médecine chinoise,

  3. mécanique et circulatoire par phénomène décongestif d’un organe.

 

Dans toutes les pathologies douloureuses, selon l’endroit où la ventouse est posée, le mécanisme qui est déclenché est différent.

 

  1. Dans la pathologie articulaire, rhumatismale, une lombo sciatique, une gonarthrose, une périarthrite de l’épaule, une entorse, une tendinite, les ventouses ont une fabuleuse indication.

  2. Mais aussi dans les pathologies viscérales fonctionnelles, digestives, gynécologiques (douleurs règles, ménopause).

  3. Les migraines.

  4. Les pathologies ORL.

  5. Et même en dermatologie : psoriasis, acnés, eczémas, allergies…

  6. Dans le cadre des sportifs de haut-niveau, la ventousothérapie peut apporter une « action antifatigue, anti-stress et bénéfique pour la circulation veino-lympathique, ce qui renforce le système immunitaire.

 

Et sinon, pour finir : ça fait mal ?

 

Plutôt non. Les vrais professionnels du métier ont le touché et la connaissance. On ne bat pas le mal par le mal. Sensible, possible, mais douloureux non, jamais! C’est contre-productif, le corps se mettra en position de résistance et non de guérison, homéostasie.

© 2018 par Fabrice Durand.

  • b-facebook